Cultures associées à Lestrade

Nos cultures de plantes aromatiques et petits fruits se situent près de notre maison à Lestrade de Leynhac.

Nous les avons implantés au fils du temps, certaines ont été déplacées, d’autres non. Aujourd’hui, tout l’espace disponible est à peu près utilisé d’une façon ou d’une autre.

Certaines cultures sont séparées, d’autres associées mais rien n’est jamais bien loin d’autre chose étant donné la surface couverte de 2500 m² seulement.

Plan des cultures à Lestrade

Cassissiers en haut du terrain

Nous trouvons sur la partie haute du terrain la zone de culture des petits fruits avec des rangs de cassis, groseilles rouges et casseilles (fruit issu d’un croisement entre le cassis et la groseille à maquereau). Les plants, issus de boutures de diverses origines, ont été mis en place régulièrement de 2012 à 2017. Les premiers donnent déjà bien, pour les derniers il faut encore attendre.

Dans la pente : framboisiers à gauche, myrtilliers au centre

 

Dans la pente, nous trouvons des framboisiers, des myrtilles arbustives, quelques pieds de groseilles blanches et de groseilles à maquereaux. Les framboisiers donnent déjà à plein. Nous attendrons encore quelques années pour le reste.

Framboisiers : rang productif à gauche, nouveau rang à droite.

En haut de pente : nouvelle zone de culture surélevée en muret de pierre. Plus qu’à planter et épandre du broyat.

 

Deux zones de cultures surélevées vont être inaugurées cette année, l’une en pierre, l’autre en bois. Elles sont installées là où la pente est forte et le sol réduit, la roche est presque à fleur.

 

En bas de pente : nouvelle zone de culture surélevée en rondins de bois. Bientôt des courges au printemps 🙂

Au milieu des ces petits fruits, sont répartis des arbres fruitiers : abricotier, prunier, figuier, poirier, cognassier. Nous les avons plantés et greffés. Seul l’abricotier déjà présent avant notre arrivée produit quelques fruits (les années à la météo favorable !).

Vieux châtaignier en pleine floraison.

 

Un vieux châtaignier borde la zone vers la route. Avec ses branches basses, il est l’endroit idéal pour la cueillette de fleurs de châtaignier.

 

La monarde, plante aromatique aux belles fleurs rouges a trouvé sa place entre framboisiers et myrtilliers.

Selon la période de mise en place, l’inspiration, l’évolution de notre approche, les rangs peuvent être dans un sens, dans l’autre, linéaires, courbes, parallèles, en rayon….

Vue d’en haut

La zone du bas de pente derrière la grange est une zone que l’on pourrait qualifier d’agroforestière. Nous sommes partis de rangs de pêchers de vigne entre lesquels nous avons implantés d’autres cultures pour obtenir une zone de culture linéaire, assez dense, variée et productive. On trouve pêle-mêle et en alternance fraisiers, rhubarbe, sarriette, sauge, pêchers de vigne, thym, cerisier, hysope.

vue d’en bas

 

Les pêchers de vigne sont des arbres non greffés qui ont poussés à partir de noyau. Nous avons la chance d’avoir une importante variété de pêchers dont la récolte s’étale sur presque 2 mois.

Le potager en début d’été

 

 

Enfin, près du potager, nous trouvons sur un talus le romarin, à l’ombre d’un noyer les menthes verte, poivrée, la mélisse, la consoude.

 

 

La butte avec les camerisiers la première année

 

 

Sur la butte dominant et abritant du vent le jardin, nous avons implantés en 2016 camerisiers, aronias, mûriers et amélanchier. Nous y goûtons plus que nous ne ramassons pour le moment mais espérons bien en faire de bonnes récoltes d’ici quelques temps.

Sous la butte, vers la maison, nous retrouvons quelques framboisiers, un petit verger de pommiers, poirier, pruniers, etc.

Haie variée

Autour du terrain ou dans les espaces libres, nous trouvons des haies, arbres ou arbustes variés : prunelier, genet, camerisier à balai, cornouiller sanguin, groseiller à fleur, viorne lantane, sureau, osier, chèvrefeuille, noisetier, aubépine, chêne, hêtre, pin, tilleul, noyer, etc. Nous avons également semés ou plantés des fleurs ou arbustes ornementaux. Nous tondons l’herbe le plus souvent après floraison pour profiter des papillons, bourdons et autres auxiliaires. Toujours l’idée de la biodiversité, du foisonnement, de la vie.

Cassissier paillé avec du broyat recouvert de tonte.

Toutes nos cultures sont paillées sur le rang avec du broyat. Cet apport nous permet de limiter le désherbage et l’arrosage tout en apportant de la matière organique au sol.

Nous paillons également avec des tontes, des feuilles sans oublier des apports de notre compost ou de fumier de mouton.

 

Consoude en fleurs

 

 

Nous commençons à utiliser les extraits fermentés de plantes depuis l’an dernier : la consoude, l’ortie. Nous les produisons nous-mêmes.

Les seuls apports extérieurs sont du calcaire ou du basalte.

Nous travaillons également en tenant compte le plus possible du calendrier lunaire pour les semis, récoltes et entretiens des cultures.