Culture et ramassage

Pommiers au printemps

Nos interventions sur les vieux châtaigniers se limitent essentiellement à la coupe des branches ou des arbres qui tombent.

Les pommiers ont eu besoin de plus d’entretien au démarrage avec des tailles à faire pour leur redonner un port plus cohérent suite à des tailles inappropriées.

 

Pour les châtaigniers, nous avons décidé de régénéré progressivement les plantations. Nos nouvelles plantations sont parties de semis de châtaignes dont nous allons greffer les plants avec des variétés anciennes et locales.

Pour les autres fruitiers, nous avons installé des plants déjà greffés par un ami ou avons greffé nous-mêmes des porte-greffes d’un an.

La production n’est pas attendue avant 10 ou 15 ans. Nous préparons la transmission pour les générations futures dans la mesure où nous avons bénéficié de celle des précédentes.

Nous n’apportons pas de fertilisant, comptant sur la fertilisation naturelle par les animaux présents sur le site.

Comme chez nous à Lestrade, nous épandons juste du calcaire ou du basalte. Nous envisageons à l’avenir de recourir aux extraits fermentés de plante si besoin.

Abeille sur fleurs de pommier

Le ramassage des pommes et des châtaignes est manuel. Le verger étant de plein vent, nous ramassons l’essentiel des pommes au sol. Cette pratique est bien adaptée pour une transformation rapide. Nous cueillons quelques pommes en fin de saison pour notre consommation personnelle pour l’hiver.

Les pommes sont transformées d’abord pour l’usage familiale mais aussi pour la vente.

La vente se limite essentiellement pour le moment à la production de vinaigre de cidre que nous aromatisons (cf chapitre sur les plantes aromatiques). Nous espérons pouvoir proposer bientôt du jus de pomme également au moins certaines années.

Les pommes servent aussi à la fabrication de la confiture châtaigne-pomme.

Les châtaignes sont ramassées à la main uniquement. Lors du ramassage, nous procédons à un calibrage manuel (les petites sont laissées au sol). Nous séparons la variété Savoye des autres variétés. Cette variété, très connue localement, est appréciée pour la vente en frais. Nous la mélangeons à parts égales avec les autres variétés pour nos confitures : la Savoye apporte des notes sucrées comparée les autres variétés plus aromatiques et fruitées.

Châtaignes en bogue

Nous valorisons environ une tonne de châtaignes par an : deux tiers en frais ou et un tiers transformées. Nous laissons pour le moment les petites châtaignes au sol sans valorisation. Nous espérons pouvoir trouver une alternative dans les prochaines années soit avec une alimentation animale sur site, soit avec une transformation en farine.

Après ramassage, les châtaignes sont mises à tremper dans l’eau pour séparer les bonnes des véreuses : tout ce qui remonte à la surface est enlevé et jeté. Elles peuvent être vendues en frais de suite.

Pour une conservation prolongée, nous procédons à un trempage pendant 10 jours avec un changement d’eau tous les 2 jours. Ce procédé permet de tuer les vers et d’empêcher leur développement.

Après ressuyage et léger séchage, elles peuvent vendues en frais.

Pour celles que nous destinons à l’épluchage et la transformation, nous procédons à un séchage prolongé d’au mois 3 semaines en couches minces.